Christian Janin : discours d’installation du CNEFOP

Vice-président au titre de représentant des partenaires sociaux

JPEG - 417.8 ko
Monsieur le Ministre,
Madame la Vice-Présidente,
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Les derniers chiffres ont été publiés hier soir, le nombre de demandeurs d’emploi continue d’augmenter.
La situation économique et sociale de la France ne semble pas devoir s’améliorer très prochainement.
Pour autant, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics ne peuvent baisser les bras car ils contribueraient à amplifier le défaitisme ambiant ; ce serait doublement coupable, car cela pénaliserait la reprise économique à court terme et cantonnerait les citoyens dans une vision décadente du pays. Tout doit être fait, même si cela est difficile et compliqué.

Des initiatives sont engagées à différents niveaux pour sortir notre économie de l’ornière dans laquelle elle est embourbée : le pacte de responsabilité, la transition énergétique, les politiques de filières engagées à partir des travaux du conseil national de l’industrie et de la commission nationale des services, la transposition dans la loi des ANI sur la sécurisation de l’emploi et la formation professionnelle.
J’en oublie bien sûr.

La pertinence de ces initiatives peut faire l’objet de débats entre nous ; c’est normal, c’est la loi de la démocratie.

Mais tout le monde ici sait que les principaux handicaps qui pèsent sur la réussite de ces différentes initiatives sont le défaut d’articulation entre elles et l’insuffisante association des différents acteurs à leur mise en œuvre.

Les articulations entre les politiques gouvernementales, les politiques régionales et les politiques paritaires ne sont pas naturellement recherchées.

Les politiques interprofessionnelles, sectorielles et territoriales souffrent trop souvent de coordination insuffisante pour leur donner toutes leurs cohérences.

Nous progressons certes les uns et les autres, mais c’est un enjeu permanent pour chacun de connaitre et reconnaitre la légitimité des autres acteurs ; de nous approprier des cultures qui ont leur histoire et leur logique et dont nous ne nous débarrasserons pas automatiquement. Il ne s’agit pas de dénier les conflits d’intérêt qui existent naturellement entre les acteurs parce qu’ils ont des légitimités différentes, mais de dépasser les postures auxquels ces conflits d’intérêts donnent trop souvent lieu. Ne soyons pas dupes, nous serons périodiquement les uns et les autres pris par nos vieux réflexes.

L’Etat doit apprendre à ne plus être le seul maître d’œuvre des lois votées, des décisions du Gouvernement. Même s’il arrive parfois que cela grince, au niveau national, les partenaires sociaux ont aujourd’hui trouvé leur juste place dans les processus de mise en place de la réforme de la formation professionnelle qui absorbe en ce moment une grande partie de notre énergie à tous.

Les Régions voient leur champ de compétences augmenté par les récentes lois et notamment celle du 5 mars 2014 ; elles doivent apprendre à co-construire avec les partenaires sociaux au sein des Crefop notamment.

Les histoires régionales différentes ne me permettent pas à ce stade de faire une appréciation générale. De toute évidence, là où préexistaient des modes de collaboration positive entre Régions et partenaires sociaux, cela facilitera l’engagement dans les nouveaux modes de gouvernance. Ailleurs les partenaires sociaux nationaux rempliront quand cela sera utile et possible une fonction de médiation pour que très vite de nouveaux modes de travail se développent partout.

Les partenaires sociaux doivent entrer dans une démarche de co-construction au niveau interprofessionnel et au niveau régional avec l’Etat et les Régions. C’est la responsabilité qu’ils ont voulu prendre dans l’accord national interprofessionnel sur la formation professionnelle du 14 décembre 2O13 en créant le comité paritaire national interprofessionnel pour l’emploi et la formation (Copanef) et les comités paritaires régionaux interprofessionnels pour l’emploi et la formation (Coparef).

Ces structures paritaires sont maintenant quasiment en place partout. L’accouchement a été difficile, mais davantage pour des raisons réglementaires et de représentativité patronale, qu’ à cause de divergences entre partenaires sociaux sur les questions à traiter.

Le Copanef et les Coparef pour remplir ces objectifs vont devoir assumer au moins deux enjeux importants dans les mois qui viennent :

  • développer la compétence des responsables syndicaux et patronaux sur des sujets lourds et déterminants qu’ils ont souvent délégué à des experts. On vient de le voir au niveau national pour l’élaboration de la liste nationale interprofessionnelle des certifications éligibles au CPF, les partenaires sociaux doivent élever leur niveau de qualification collectif sur la certification, sur les référentiels compétences-métiers, sur l’analyse des besoins des salariés, des entreprises et des branches…
  • sortir de la segmentation de leur prise en charge des dossiers emploi- formation- développement économique. Même si pour l’heure, ils consacrent principalement leur énergie à la mise en oeuvre de la formation professionnelle, le Copanef et les Coparef ont mission de réarticuler emploi-formation- développement économique.

L’installation aujourd’hui du Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle offre l’opportunité si nous nous en saisissons correctement de permettre :

  • de renforcer l’articulation des différentes politiques dont je parlais
  • de contribuer à mieux comprendre les logiques des uns et des autres.
    Cela suppose une chose :
  • donnons-nous les moyens de travailler ensemble et non de discourir.

C’est l’état d’esprit qui traverse à mon sens le projet de règlement intérieur qui nous est proposé.

C’est l’état d’esprit que j’essayerai de porter au nom des partenaires sociaux pour que ce CNEFOP serve, à sa place, à soutenir les initiatives nécessaires pour construire un développement économique de qualité et des perspectives d’emploi pour tous nos citoyens.

Mis en ligne : 28 novembre 2014
CNEFOP - Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles
10 Place des 5 Martyrs du Lycée Buffon 75015 PARIS
Adresse postale : 14 Av Duquesne 75350 PARIS 07 SP
Tél : 01 44 38 33 83

Tous droits réservés © CNEFOP Mentions légales Accessibilité


Un site développé par Centre Inffo